top of page

C’est aujourd’hui que ça se passe



Date prévue d’accouchement : 11 décembre 2021, début de mon congé de maternité à 36 semaines, le 11 novembre. Jusque-là je ne ressentais aucun travail de commencé, Seulement les fameuses Braxton Hicks de temps en temps mais rien d’alarmant!


Le 7 décembre je me couche comme si c’était un soir normal, mais la nuit se termine à 1h30 lorsque je me réveille avec une sensation de perte. Je me lève, fait le truc de me mettre en petit bonhomme et atchoumer, rien ne sort. Je me demande si je suis en train de perdre mes eaux, ce n’est pas comme dans les films (!!) la chute Niagara! J’écoute ma petite voix et j’appelle à la maternité de mon hôpital. L’infirmière me pose plusieurs questions, par mesure de sécurité elle nous demande de venir voir si c’est le travail qui commence! Je n’ai encore aucune contraction.


Embarque les sacs dans la voiture, tout était prêt depuis mes 35 semaines environ! On part pour l’hôpital, j’essaie de ne pas me faire de faux espoirs au cas où ça ne serait pas ça, mais j’espère que ça le soit!


2h00 AM: Arrive à l’hôpital, on fait les prélèvements pour voir si c’est bel et bien les eaux que je suis en train de perdre.


4h00 AM: Une infirmière entre dans la salle d’accouchement avec un ballon. Personne n’était venu nous voir pour nous tenir informé des développements! Elle nous dit: c’est aujourd’hui que ça se passe vous allez rencontrer votre coco, tu as fissuré tes eaux. On me laisse la chance que mon corps débute le travail de lui-même jusqu’à 7h du matin. Les contractions commencent mais rien de douloureux et seulement aux 10 minutes.


7h00 AM: Je suis ouverte à 1 cm, on me donne un comprimé de misoprostol afin de faire avancer le travail. Les contractions commencent à se reprocher mais pas assez, on me donne une autre dose de Misoprostol à 10h. Je suis rendue à 2,5 cm.


11h00: C’est là que le vrai travail commence, ça fait mal! Je ressens les contractions dans le bas du dos, mon conjoint me fait les points de pression ça aide mais ce n’est pas assez. J’essaie de prendre un bain mais ça me sort de ma bulle alors j’ai de la difficulté à rester concentrée et de prendre une contraction à la fois.


14h30: Je demande que la docteure vienne m’examiner pour avoir l’épidurale. Je suis sur le bord de ne plus être capable de les endurer et je trouve ça difficile de les prendre une après l’autre. Je suis rendue à 3,5 cm et la tête est très basse. Elle me dit qu’on peut appeler l’anesthésiste pour avoir l’épidurale (!!) elle arrive en 30 minutes, commence les procédures, je perds de boutes tellement la douleur est intense. Ça commence à geler, mais on doit recommencer car il y a une petite défaillance dans le cathéter. Finalement vers 16h je commence à être gelé et je peux enfin me reposer. On me donne d’autres médicaments afin de faire accélérer le travail.


Aux alentours de 20h30, je commence à sentir que l’épidurale fait moins effet alors je demande à ravoir une dose plus rapidement, la docteure vient m’examiner, finalement je suis ouverte à 10 et complètement effacée alors pas le temps on doit pousser! La tête est très basse qu’on me dit alors ça va faciliter la poussée et je ressens un peu les contractions alors je sais quand je dois pousser. Une heure de poussée et notre petit amour, Édouard est dans nos bras. Sans complications, au final, je suis très contente de mon accouchement


- Rose Bourassa

bottom of page